Les raisons de notre mobilisation contre la ferme-usine de 1200 taurillons

Voici les raisons de notre opposition au projet de ferme-usine de 1200 taurillons sur la commune de Coussay-Les-Bois :

- le terrain se situe à l'emplacement même d'un ancien centre de compostage (SITA), fermé en raison des nuisances insupportables qu'il générait (odeurs, mouches...).

- ce terrain se situe à la verticale d'une nappe phréatique de surface (profonde d'environ 5 mètres) qui alimente en eau potable les foyers des communes de Coussay les Bois, Lésigny et Mairé.

- ce terrain, classé en Zone Humide, est inconstructible selon la carte communale de Coussay les Bois car il est entouré d'une zone ZNIEF (naturelle protégée), et référencée par la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) pour ses rapaces.

- ce projet, de nature industrielle, ne créerait pas ou peu d'emplois, et même, risque de générer la "mort économique" de plusieurs éleveurs locaux et leur famille.

- nous privilégions les circuits courts pour une meilleure qualité de notre alimentation.

- ce type d'élevage très intensif occasionne des nuisances importantes pour les riverains (odeurs, trafic de camions sur nos routes de campagnes...).

- n'oublions pas le stress des animaux qu'occasionne le confinement, le surnombre et la nourriture artificielle.

- tout ceci a forcement des conséquence sur la qualité de nos assiettes et donc sur notre santé.

Ceci n'est pas de l'élevage, mais de l'industrie !

Voulez-vous prendre le risque de ce type d'agriculture pour vos enfants ?

Les autres projets de ferme-usine en France :

Les raisons de notre mobilisation contre la ferme-usine de 1200 taurillons

La carte établie à l'aide de données fournies par la Confédération Paysanne montre que le modèle des fermes-usines touche tous les secteurs de la production alimentaire ainsi que tout le territoire. Si l'on compte les projets à l'étude qui attendent des conditions plus favorables pour apparaître, on peut dire que ce système de production, autorisé voire aidé par les différents gouvernements, est appelé à s'étendre et à concurrencer de plus en plus durement l'agriculture traditionnelle.

Le site « agro-industriel » de Coussay-les-Bois entre-t-il dans ce système ?

- Le premier permis de construire n'est pas déposé par un agriculteur mais par un industriel de l'électricité photovoltaïque qui cherche à présenter le plus grand nombre de projets. Le produit fourni est l'électricité.

- Le deuxième permis de construire concerne une station de production d'électricité à partir de la transformation du gaz (méthane) obtenu à partir des fumier et purin en électricité. Le produit fourni est encore l'électricité.

- Une station de compostage qui va transformer les déchets de la station de méthanisation en compost à destination du jardinage, maraîchage… Nous nous interrogeons sur la qualité de ce compost. Les habitants des environs connaissent trop bien les désagréments de cette activité puisque, regroupés en association au côté de leurs élus, ils ont réussi à obtenir la fermeture du site de compostage établi par SITA sur la décharge. Le produit fourni est du compost.

- Les hangars-supports de la production d'électricité (1er permis de construire ) abriteront une station d'engraissement de 1200 taurillons qui fourniront la matière première pour les unités de méthanisation et compost et aussi … de la viande. Le produit fourni est la viande.

La viande tout comme le lait, les fruits … qui étaient le centre des savoir-faire, des attentions , des recherches des producteurs traditionnels ne deviennent plus qu'une ligne de compte dans le résultat financier de ce type d'établissement.

Le site de Coussay-les-Bois peut être inscrit dans la liste des sites en activité si nous ne nous mobilisons pas au côté des élus qui avaient refusé les permis de construire puisqu'ils concernaient des terrains non constructibles. Comme beaucoup de projets de ce type, il présente des dangers pour l'environnement.

Rédigé par Association ASPECT

Publié dans #La ferme-usine

Repost 0